Accueil

Parole donnée 30

« Tout amour humain fait ainsi l’expérience qu’il y a au cœur de lui-même, dans la chair où la parole cherche à se dire depuis le commencement, un mensonge ou une tendance incestueuse qui veut retenir ou garder ce qui, seulement, se reçoit et/ou se donne : la vie. »

Denis Vasse, « Inceste et jalousie », p46, Ed du Seuil, Paris 1995.

Parole donnée 29

« Parler à quelqu’un, c’est d’abord prendre l’initiative silencieuse d’écouter, ouvrir pour lui l’espace où il peut se rendre présent en vous. Seule la possibilité de cette rencontre transforme la séparation en altérité où chacun accède, sans crainte, à l’unité. »

Denis Vasse, « L’arbre de la voix » p116, Ed Bayard, Montrouge 2010.

Parole donnée 28

« Dans l’étonnement de la naissance à la parole, la lumière vient du dedans. Le « pourquoi moi ? »de l’abondance de la joie est venu se substituer au « pourquoi pas moi ? » de la reendication jalouse. »

Denis Vasse, « Inceste et jalousie », p 57, Ed du Seuil, Paris 1995.

Parole donnée 27

« L’humanité est ainsi faite : un texte unique, le corps, avec autant de manière de le lire que de corps. Paradoxe : le corps est tout à la fois le lieu du texte et le lieu du sujet. Entre les deux, la voix. Le même texte lu par deux êtres différents ne dit pas la même chose. Prêter sa voix à un texte c’est lui donner un sens dans des effets d’après-coup puisque c’est révéler que le sujet y était sans le (se) savoir. Il y était su avant de se savoir. »

Denis Vasse « L’arbre de la voix » p 92, Ed Bayard, Montrouge 2010

Parole donnée 26

« La médiation véritable est ordonnée à la joie de la rencontre. Elle est absolument relative à ce surgissement des êtres dans l’unité de leur différence, dans la parole. Seul le mot joie peut qualifier ce surgissement du sujet vivant. »

Denis Vasse, « La dérision ou la joie » p 59, Ed du Seuil, Paris 1999.

Parole donnée 25

« Nous ne donnons la parole, que si, l’ayant reçue, nous consentons à ce que, à travers nous, elle se donne. Comme la Vie.  Consentir au don par nous et pour nous, c’est obéir à la loi du langage qui atteste la transmission de la parole de vie  de génération en génération.

Une telle obéissance à la loi du langage ne va pas sans foi en la parole.  Nous croyons, sans même le savoir, qu’elle donne la vie.»

Denis Vasse, « Inceste et Jalousie » p 73, Ed du Seuil, 1995

Parole donnée 24

« … dans la voix, le sujet se risque dans une traversée de l’imaginaire jusqu’au bout, jusqu’au non-savoir de lui-même, aux limites infranchissables de l’Autre où la parole ne cesse de l’amarrer et d’où elle ne cesse de la détacher. »

Denis Vasse, « L’arbre de la voix », p 76, Ed Bayard, Montrouge 2010

Parole donnée 23

« Tout le monde aspire à la joie, car sans elle nous n’avons pas de place dans la vie. On court tous après, souvent d’une manière désordonnée, sur le mode de la jouissance. Or elle est donnée lorsque l’on s’arrête de courir après, de la vouloir comme un dû à l’effort ou à la volonté propre. »

Denis Vasse,  « La dérision ou la joie », p 49, Ed du Seuil, Paris 1999

Parole donnée 22

« La parole maintient ouverte la différence que sans cesse notre imaginaire tend à occulter par un objet qui ne serait plus médiateur entre deux sujets, témoin de la différence, mais bien l’origine elle-même. Cet objet premier ne serait plus référé à un Autre (la différence),  mais serait lui-même le référent organisateur du discours et de la présence de l’homme. C’est de cet objet aliénant qui met obstacle au jeu libérateur de la parole que tout homme a à se délivrer. »

Denis Vasse, « L’arbre de la voix » p 53, Ed Bayard, Montrouge 2010

Parole donnée 21

« Le refus du rejet devient  rejet inconscient du refus.  Cercle vicieux d’un savoir ou d’une volonté qui s’annule : perversion de tout désir et, à cause de cela même,  perversion de la parole originaire  éprouvée, dans le refoulement du désir, comme mensonge originaire. Tenaille inaugurale d’une menace de mort liée au don de la Vie.

Denis Vasse, « La dérision ou la joie », p 55, Ed du Seuil, 1999