Archive mensuelle 28 novembre 2019

Parole donnée 09

Dans l’immédiateté qu’on pourrait appeler l’immédiation, l’action est privée de la médiation d’un autre ou de la parole. Elle ne soutient pas dans le temps et l’espace, l’apparition-disparition de l’objet médiateur qui renvoie à la présence désirée. Elle ne tient pas compte de la chair. Ou elle est appariement, parité, dans la fusion qui étouffe. Ou elle est disparité, fantasme d’une disparition qui prive de la vie le vivant et le voue à la mort.

Denis Vasse La Grande Menace p 163 Ed Seuil

Parole donnée 08

Lorsque les bandelettes de cette culpabilité sont enlevées, celui qui s’éprouvait couplable bascule du côté de la joie, dans une sorte de générosité, de capacité d’accueil d’une vie qui n’est ni de lui ni de l’autre, mais qui naît de ce qui s’échange entre lui et les autres et qui est la vie même.

Denis Vasse La Vie et les Vivants p22 Ed Seuil

Parole donnée 07

Ecouter quelqu’un, c’est être appelé dans le lieu de la souffrance pour partager avec lui la joie de vivre avec les autres.

Denis Vasse La Vie et les Vivants p 13 Ed  Seuil

Parole donnée 06

Parler à un enfant, le nommer, c’est le promouvoir à une place où il est autre chose que tout ce qu’il sent.

Denis Vasse, « Inceste et Jalousie », Ed Seuil, p 295

Parole donnée 05

« Toute épreuve est une expérience de survie du corps et tout se passe comme si celui-ci avait pour métaphore le psychisme ; mais pour que le psychisme reste vivant, il faut qu’il y ait langage échangé, expressif, actuel, avec quelqu’un qui prête à celui qu’il écoute la valeur de sujet de sa propre histoire. »

Françoise Dolto, « L’Image inconsciente du corps », Ed Seuil, p 366

Parole donnée 04

Comment parler de la jalousie qui affecte originairement et si subtilement notre humaine nature ?  À ne rien en vouloir savoir, en effet, nous finissons par passer à côté de la vie même. En ne reconnaissant pas ce qui nous divise si profondément – pour ne pas avoir à en souffrir finalement – nous évitons l’entrée du chemin qui conduit à la vérité.

Denis Vasse, « Inceste et Jalousie », Ed Seuil, p 17

Parole donnée 03

« En refusant  la parole qui se révèle dans la chair  et donne au corps de l’homme sa stature, la jalousie sépare le vivant de son origine. S’il parle, en effet, c’est qu’il naît d’une bouche qui l’engendre. Pas plus que le don de la vie, le don de la parole n’est secondaire, comme le serait le don d’un objet. »

Denis Vasse, « Inceste et Jalousie », Ed Seuil, p 42

Parole donnée 02

« Mettre des mots sur la souffrance d’une épreuve, pour qui peut entendre ces mots, et prêter son attention au sujet qui parle en lui faisant confiance, cela apaise l’angoisse. »

Françoise Dolto, « L’image inconsciente du corps », Ed Seuil, p 367